Témoignages de citoyens

Vous pouvez ici rajouter votre témoignage sur l’impossibilité de signer la pétition, les difficultés rencontrées sur le site, ce que vous trouvez aberrant avec le procédé, etc...


Témoignage #1

je voudrais témoigner de l'impossibilité qui m'a été faite de soutenir le référendum ADP. Ce fut pour moi une démarche laborieuse et inaboutie qui suggère un dysfonctionnement de notre système électoral et je soupçonne que la même mésaventure s'est produite pour François Ruffin... et combien d'autres ?.

J'ai tout tenté sans succès sur le site prévu. Je suis donc allé sur service-public.fr pour vérifier mon inscription sur la liste des électeurs et, même résultat, je suis inconnu. J'ai pourtant bien reçu cette année ma carte d’électeur pour voter aux européennes. Je me suis en plus rendu à la mairie qui m'a confirmé cette inscription.

J'ai fini par imprimer et remplir le formulaire papier que j'ai fait enregistrer à ma mairie le 24 juin. Mon soutien n’est toujours pas validé à l'heure ou j'écris. L'agent municipal a 2 jours pour procéder à l'enregistrement et le ministère a 5 jours pour valider sauf que si je ne suis pas sur la liste nationale ça ne risque pas d'arriver.

On peut vérifier son enregistrement par la liste alphabétique ou grâce au numéro de son récépissé. Pas de chance ou dysfonctionnement, mon récépissé n'a pas de numéro.

Ma conclusion que je soumet pour investigation c'est qu'il existe des listes électorales locales à jour et une liste nationale qui elle ne l'est pas. Hormis le déni qui m'est fait de mes droits de citoyen, les chiffres fournis par le ministère de l’intérieur seraient donc faux ?

Témoignage #2

Pour la signature de mon épouse, nous avons passé plus de 2 heures à multiplier les solutions pour buter sur la même réponse : "vous n'êtes pas inscrite sur les listes électorales. Elle vote depuis plus de 45 ans...

J'ai téléphoné au ministère de l'Intérieur (un samedi), il m'a été répondu que personne ne pouvait me répondre c'est le week-end...

J'ai rappelé le mardi suivant, raconté notre déconvenue à 3 personnes différentes, la première et la seconde se déclarant incompétentes.

Pour la troisième personne, elle devait vérifier et me rappeler sous 15 jours.Réponse : il devait exister une erreur dans un des prénoms de mon épouse mais elle n'avait pas d'autorisation pour accéder à la base de données qui contrôle la véracité des identités.

Mon député de circonscription M Thierry Benoît faisant partie des députés favorables au RIP, je lui écris...

Son attaché parlementaire me répond et demande des détails que je lui transmets longuement...

Il me dit après quelques jours que M le député va poser une question au ministre de l'intérieur... délai 2 mois.

Il me conseille en attendant d'utiliser le document cerfa papier pour réaliser notre participation... Je ne vois pas comment la signature serait validée avec les mêmes renseignements écrits à la main. Il faudra m'expliquer.

J'ai attendu 2 mois, aucune nouvelle... Je relance par Mail... Rien black-out total.

Je vous laisse deviner notre niveau de confiance dans nos élus et notre gouvernement avec une telle Bérésina de ce RIP.

Conclusion : il faut tout reprendre à zéro et redonner un nouveau délai de 9 mois à compter du moment où le site oficiel est vraiment opérationnel et fiable.